Forum RPG Fantastique Contemporain
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 De l'art d'être un psi...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 14/04/2010

MessageSujet: De l'art d'être un psi...   Mar 11 Mai - 9:31

La jeune femme reprenait doucement ses esprits, la tête de son partenaire restait enfouie entre ses jambes, ses doigts fins caressaient quelques-unes des boucles ondulées de ce prince d’une nuit, d’ici peu elle en ferait son serviteur pour la vie.
Se redressant elle n’eut qu’une pensée… décidemment cet homme était une très bonne acquisition…
Plus par prévention que par réel besoin, elle lui intima de rester à genoux et de garder le silence ; mieux valait devancer ses réactions, songea-t-elle, il avait tout à apprendre, sa formation devait débuter de suite et par les principes fondamentaux.
Elle n’était cependant pas du genre à désinhiber ses proies de toute liberté comme le font certains de ses semblables, bien au contraire. Elle voulait avant tout pouvoir s’en amuser, le tester, le pousser dans ses retranchements les plus intimes afin de mieux le posséder ; certes ses facultés mentales, son don d’Amnézya, comme on l’appelle entre initiés, devraient faciliter l’affaire, mais la demoiselle s’enorgueillissait à user davantage de son charme que de se complaire dans une certaine forme de paresse… du moins avec celui-là ; il ne s’agissait pas ici de formater une vulgaire sentinelle, aussi vive de corps que lente d’esprit, ni même une ouvrière, n’ayant le droit de penser que dans l’unique but de nourrir sa maîtresse ; la précieuse proie endosserait le rôle de fou de la Reine, « cible alpha » comme l’ont théorisé ces farfelus de l’Egide ; bref, jouet privilégié si l’on veut simplifier la chose…
Cela n’avait guère été facile de le dénicher, mais lorsqu’il était apparu, il l’avait convaincue, espérons pour lui qu’il ne la déçoive pas… Non c’était impossible, il était si craquant agenouillé à ses pieds, cherchant vainement à se délivrer de cette emprise mentale qu’il découvrait alors pour la première fois. Sa pomme d’Adam seule semblait échapper au contrôle de sa tortionnaire et c’était pour lui le plus précieux des réconforts que de pouvoir s’y rattacher.
Elle avait sondé son âme dès les premiers instants de leur rencontre : un brin de modestie, une once de maniaquerie, une dose de gentillesse, une fauve envie d’aimer, un souffle de soumission, une soif de perversion, un semblant d’innocence, un être à magnifier.
Satisfaite dans tous les sens du terme, elle alluma une cigarette ; aux premières volutes, elle ne put s’empêcher de sourire, puis de penser à leur rencontre…

*********************

A terminer :
Présentation des enfants d’Amézya
Présentation des divers types de proie (en rapport avec les mondes des fourmis).
Présentation des pouvoirs généraux : lecture de l’âme, commandement
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 14/04/2010

MessageSujet: Re: De l'art d'être un psi...   Mar 11 Mai - 9:33

… Elle l’avait de suite remarqué ; déambulant dans Central Park, il immortalisait sur pellicule quelques clichés d’un hiver naissant, pendant qu’elle, discrète comme jamais, échappait en toute gêne aux assauts des ces vives morsures d’halogène. Excès de pudeur, de timidité pensèrent quelques badauds… en vérité, rien de tout cela, en l’instant la demoiselle craignait surtout pour sa vie.
Instinctivement elle avait appris à redouter ce genre d’appareils, babioles anodines pour le commun des mortels, menace dévastatrice pour le lignage qui est le sien. Aussi, c’est d’un réflexe de survie, par précaution et non par curiosité ni envie, qu’elle décida malignement de se glisser en lui ; elle n’allait guère le regretter…
Les suspicions paranoïaques de tantôt furent bien vite éclipsées, notre photographe nourrissait en fait pour unique dessein que celui d’assouvir sa soif de musarder.
Rassurée et galvanisée, c’est elle qui alla alors à sa rencontre, comme désireuse de démontrer à cette délicieuse proie l’ardeur qui était sienne à la traquer. Les atours du parc s’estompèrent bien vite au gré de cette bienheureuse rencontre, et notre homme n’eut bientôt d’yeux que pour cette merveille de la nature qui alerte se tenait devant lui.
Nul artifice autre que le charme ne fut nécessaire à notre nymphe afin d’attiser l’envie de son partenaire. Ils discutèrent peu mais leurs silences furent éloquents ; sincères témoins de leur complicité naissante, ces-derniers laissèrent ensuite place à un dialogue des plus divertissants… il fut prolixe d’hésitations, elle fut avare de paroles, son sourire fut un doux alcool, qu’il gouta sans modération. Dans une ambiance des plus feutrées, ils se mirent alors en quête d’un endroit bien mieux adapté à leur dissipation secrète.
Chemin faisant le long des lacs, ils badinèrent sur un banc, puis il sortit de son grand sac, de belles estampes en noir et blanc.
Finalement ces appareils sont de bien curieuses machines, pensa-t-elle ; décelant la dose de mystique, que chaque chose de ce monde contient, ils révèlent à tous une beauté énigmatique, invisible à l’hermétique regard humain.
Lorsque qu’elle posa les doigts sur les épreuves, elle fut assaillit de visions inhabituelles, jamais auparavant elle n’avait tissé de lien si éloquent avec quelconque objet, et ces images de l’hiver parlaient à l’âme, pour y représenter des vers tel un calame…

*********************

A terminer :
Présentation des pouvoirs secondaires (pyrokinésie, psychométrie…).
Présentation du danger des appareils photos.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 14/04/2010

MessageSujet: Re: De l'art d'être un psi...   Mar 11 Mai - 9:34

Elle ne put demeurer davantage dans le monde des souvenirs, l’étreinte mentale devait être appuyée sur le champ, afin que son hôte ne puisse en sortir. Une simple pression sur le thalamus suffit à faire s’enflammer chez lui la matrice de la douleur ; en ce jour plus que jamais, elle était au faîte de son art, et après une longue période d’hésitation, de tâtonnement, elle savait désormais mieux que quiconque utiliser le cerveau de ses victimes avec une habileté propre aux grands virtuoses.
Les traits du jeune-homme se crispèrent sous l’action de la douleur… elle le trouva plus beau encore… et tandis que ses tempes battaient au rythme de ce mal lancinant, elle fit s’immiscer sur cette basse obstinée, une entêtante ritournelle, un crescendo d’intensité.

Ne me résiste pas, je te l’interdis ; ton corps, ton esprit, tout m’appartient…

L’insoumission de sa proie céda bien vite face à la souffrance, elle poussa cependant le vice… non la leçon… un peu plus loin encore. Continuant son insupportable châtiment, elle fit en sorte d’empêcher à ce corps prisonnier tout moyen de se soulager ; aussi, les endorphines ne se firent d’aucune utilité, et il demeura agenouillé et marmonnant, sans une once de réconfort.
Il fallait arrêter… maintenant. Continuer aurait crée d’irréversibles lésions, et cela n’était aucunement prévu au programme.
Quand elle lâcha toute pression, le pauvre homme s’écroula au sol, larmes et tressautements lui vinrent bien malgré lui, et ce fut un frisson de plaisir qui parcourut l’échine de la dangereuse tortionnaire.
S’interdisant cependant à savourer davantage son plaisir, cette-dernière reprit un sérieux tout de mise afin d’opérer l’ultime conditionnement de sa cible soumise.
Pénétrant dans l’antre de ses souvenirs, elle piocha les traces des précédentes conquêtes du bourreau de son cœur.
Cortex préfrontal direction hémisphère droit ; voici les précieuses informations rangées soigneusement dans les tiroirs de l’inconscience. L’endroit fermement verrouillé d’un cadenas dont elle seule possède la clef, voici notre délicieuse demoiselle on ne peut plus rassurée. Plus tard, beaucoup plus tard elle prendra le temps de s’y attarder… simple curiosité ou futures vies sacrifiées, qui sait… mais pour l’heure elle demeure bel et bien l’unique objet de ses pensées…
Les siennes en revanche fourmillent de mille et une envies, il lui reste tout juste une vie pour pouvoir les concrétiser.
Fusca l’esclave vient d’éclore au grand jour, Sanguinea l’a ainsi décidé, de leur union naitra un grand amour, leurs aventures peuvent enfin commencer…

*********************

A terminer:
Suite de la présentation des pouvoirs généraux (contrôle du cerveau)
(pour fusca et sanguinea j’ai tiré l’idée de ces pages

http://fr.wikipedia.org/wiki/Formica_fusca
http://fr.wikipedia.org/wiki/Formica_sanguinea )
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De l'art d'être un psi...   

Revenir en haut Aller en bas
 
De l'art d'être un psi...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les enfants d'Arachné :: GENERAL :: FORUM :: Guide pratique-
Sauter vers: